Nouveau phénomène vu aux Etats-Unis : Writer’s Bloq ou la création d’une communauté littéraire Online

Coup d’oeil sur nos voisins New-Yorkais où une nouvelle plateforme Online vient de voir le jour : Writer’s Bloq. Il s’agit d’un site pour les écrivains en herbe désireux de se rencontrer, de partager leur travail et leur inspiration. Depuis son lancement en Février, le site compte aujourd’hui 500 membres venus de toutes les écoles de New York.

Un concept né des difficultés des auteurs à entrer dans une maison d’édition

la fondatrice du projet, Nayia Moysidis, après des années de travail sur son roman achevé à la fin de son Master en création littéraire à l’université de Colombia, était si intimement liée avec son roman qu’elle était réticente à l’envoyer à des éditeurs. Sur l’insistance d’un professeur, elle saute le pas. Résultat : sur près de 100 maisons d’édition, elle n’obtient que quatre réponses. «Je peux vivre avec le rejet. Ce que je ne peux pas supporter, c’est d’être ignorée”. reconnaît Nayia. “Quiconque espère un jour écrire professionnellement connaît l’agonie d’une réponse en attente d’un éditeur, surtout quand il a passé tout son manuscrit au peigne fin avant de l’envoyer”. Pourquoi est-il si difficile de percer dans le monde de l’édition?

Au cours de son expérience chez un éditeur, elle est découragée de voir qu’un grand nombre de manuscrits est négligé parce que les maisons d’éditions n’ont simplement pas le temps ni la main d’oeuvre nécessaire pour les lire.

Dès l’été 2011 elle développe donc Writer’s Bloq, au départ pour créer un espace de dialogue où les étudiants écrivains peuvent se rencontrer entre université et construire leurs écrits.

Alors comment ça fonctionne ?

Les contributeurs de Writer Bloq  doivent être approuvés par Nayia et le conseil. Pas de style d’écriture ou un genre particulier n’est exigé, mais tous les écrivains doivent être affiliés, soit avec un diplôme de premier cycle ou un programme d’études supérieures en écriture créative ou littérature. Il s’agit ainsi d’assurer la qualité et la confidentialité de chaque contributeur. Le but est de créer une communauté où les gens se sentent en sécurité et de renforcer la légitimité de chaque écrivain sur le site.

L’affichage de l’écrit sur le site peut également prévenir la fraude au droit d’auteur. Si quelqu’un essaye de voler ou plagier le travail d’un contributeur, il / elle a la preuve de l’avoir transféré à une certaine date. Professionnels littéraires n’ont pas accès au site, mais à l’avenir Nayia espère trouver des façons de combler l’écart entre les écrivains et les éditeurs.

Les écrivains créent un profil, peuvent télécharger une photo, des textes et garder une trace des observations faites sur leur travail ainsi que des commentaires qu’ils ont faits sur les soumissions des autres écrivains. Un écrivain peut devenir fan d’un autre…

A l’avenir, le site va tendre vers plus d’interaction entre les écrivains à la fois sur et en dehors du web. Un calendrier des lectures littéraires et des événements à New York est régulièrement mis à jour et le 3 mai prochain les membres de Writer Bloq tiendront leur première manifestation. Les écrivains les mieux notés sur le Bloq seront lus dans la célèbre Rare Book Room et auront la possibilité de se mêler aux collègues écrivains ainsi qu’aux professionnels littéraires.

Bonne chance à Writer Bloq !


Source : untapped city NewYork

http://newyork.untappedcities.com/2012/04/16/writers-bloq-creating-an-online-literary-community/

Le site Writer’s Bloq

 

La personnalisation du profil permet à l’auteur une certaine originalité

Gregory POUY à Futur Pub : Et si on n’oubliait pas le consommateur ?

On ne présente plus Grégory Pouy, ex Directeur des stratégies de communication chez Vanksen, blogueur spécialisé marketing & communication depuis 6 ans avec le Blog de Greg et aujourd’hui, comme il aime à le dire sur son compte Twitter : « Gregory help beautiful brands to better understand and integrate digital marketing ».

C’est lors du colloque Futur Pub, organisé par les élèves de SUP DE PUB Bordeaux sur le thème «Tu me likes et après ?» que Gregory Pouy est intervenu sur son domaine de prédilection : les relations entre marques et consommateurs à travers les réseaux sociaux. En tant que fervent lecteurs du Blog de Greg, nous y étions.

« Les marketeurs sont dopés à leur marque » ,  « Sur le net, on aime bien se voir » : la polémique est lancée.

Internet représente 25% du temps média passé par un consommateur pendant que parallèlement les entreprise consacrent 90% de leur budget digital dans leur site web… donc il ne reste pas grand chose pour communiquer.

Une seule idée en tête pour les marques dans cette guerre du web : «Baptisons une communauté autour de la marque ! Ouvrons une page Facebook !»

Oui…mais non! D’après Gregory Pouy, aujourd’hui les communautés de marques sont utilisés à tort, seul quelques marques possèdent une vraie communauté  comme Apple et quelques autres « exciting brands » (Harley Davinson, …). N’oublions pas que les réseaux sociaux sont des espaces conversationnels et qu’il est fréquent de tomber dans le travers Me Me Me. Antisocial tu perds ton sang froid !

Et oui, le web est structuré en communauté que certains réseaux sociaux s’empressent de réunir, l’exemple du dernier réseau social PAIR en est la preuve : réseau social pour les couples qui permet de rester connecter avec sa moitié.

Pinterest ? 3eme réseau social ? A oui quand même…

L’importance de la photo sur le web ? On ne rappellera pas le montant payé par Facebook pour acheter Instagram. (Mais compte tenu de l’enjeu ce n’est pas si cher payé finalement).

Les possibilités de la réalité augmentée : configuration des voitures dans les concessions Mercedes pour augmenter les taux de transformation visite/vente, essai de lunettes avec webcam chez Rayban, voir ses fesses dans un jean sans tourner le dos au miroir chez Japan Rag et bien sur l’exemple assez étonnant de Prixing, comparateur de prix nouvelle génération. Les exemples ne manques pas.

Le boom de l’E-commerce en France avec 3,4% du marché mondial et la mise en garde spéciale contre les smarphones car seul 40% des consommateurs en possèdent un furent également évoqués.

Autant de sujets intéressants et développés tout au long de sa présentation qui l’amènent finalement à conclure :

« Faites des tests ! Trompez vous et recommencez ! N’ayez pas peur de rebondir »

Pssss Greg ? un petit mot pour Blookup  ?

Créer le livre de son blog ? Pourquoi pas. Le plus important pour lui : avoir une ligne éditoriale précise qu’il peut organiser comme il le désire pourquoi pas à l’aide de tags. Mais ça risque de prendre du temps avec un blog de la taille de celui de Greg : 7 ans de contenu quand même…

A quand le Blook de Greg ?

 

 

Facebook et les marques : plus qu'un simple reflet de soi ?

Naissance d’un livre / BIRTH OF A BOOK

Glen Milner, jeune réalisateur Londonien, a réalisé pour le célèbre quotidien britannique Daily Telegraph un court métrage sur la naissance d’un livre. Filmant l’imprimerie de Smith-Settle à Leeds, la vidéo retranscrit la magie de la réalisation d’un livre.

De la composition des textes au façonnage (reliure, pliure, brochure…), on redécouvre la technique traditionnelle d’impression d’un livre.

C’est un magnifique aperçu de cette « chaîne graphique » que nous livre le cinéaste, un coup de coeur Blookup que nous ne résistons pas à vous faire partager.

Pour apprécier le rendu de cette création, rendez-vous sur ce lien : Birth of a Book