Archives par mot-clé : partage

Interview avec Chatounappy : #Afrikanité !

Présentez-vous en quelques lignes : Vous, vos passions, vos projets…

Anne-Thérèse IGOHO, de surnom Chatounappy (pour le blogging).
Jeune gabonaise de 21 ans je suis arrivée en France il y’a 3 ans pour mes études supérieures. J’avais déjà un peu l’habitue de venir pour les vacances d’été avec ma maman.

Mes différentes passions sont le blogging (qui est comme une sorte de marketing de réseau) et la danse latine (j’en fait trois différentes).

De quoi traite votre blog ?

Mon blog traite de capillaire (c’est la première raison qui m’a décidé à le créer) et en même temps c’est un blog de partage donc j’essaye d’y partager tout ce que je vais faire comme activité ou que je vais apprécier comme sujet qui va directement être lié à l’Afrique avec mon #Afrikanité

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le fait de tenir un blog ?

Tenir un blog en fait demande une certaine cohabitation entre ma flemme naturelle et le fait qu’il faut une certaines régularité dans les publications. C’est pour cela d’ailleurs que je relie beaucoup mon blog à mon Instagram et que j’ai récemment créée une page Facebook. Pour résumer, la demande d’organisation que ça entraîne et surtout la nécessité  pour moi de faire du contenu de qualité : c’est un peu tout ça qui me plaît dans le fait de tenir un blog. Se remettre en question chaque fois (dans l’écriture, dans le style,…) pour mieux évoluer.

Avez-vous des projets futurs pour votre blog ?

Alors, ayant un projet lié la danse pour la rentrée, j’aimerais que mon blog évolue en même temps que moi et me permette de m’exprimer encore mieux. Déjà à la fin de la création de mon blook j’ai ressenti un besoin de reconfiguration de mon blog. J’ai changé la police des nouveaux articles, j’en ai supprimé certains (qui du coup ne sont plus disponible qu’avec le blook ou l’Ebook).

Pleins de projet se bousculent dans  ma tête en fait et ils ont quasiment tous un lien avec l’évolution de mon blog. La suppression de certains articles de mon blog implique bien sûr que mon Blook est hyper précieux à mes yeux car il réuni mes écrits du débuts, il est la trace de comment j’a commencé et il permettra de faire la comparaison entre la moi d’avant et celle de maintenant.

 

Extrait de l’article « Négresse et cheveux crépus » du blog de Chatounappy
Comment avez-vous connu BlookUp ?

J’ai connu BlookUp via le concours Instagram que la plateforme Overblog avait mis en place à  la mi-juin. Je me suis dit : « c’est une super bonne idée ça, de passer les blogs en livres, aller je tente ma chance » et j’ai bien fait (lol).

Qu’avez-vous pensé du procédé de création du livre ? Comment trouvez-vous le résultat final ?

Le procédé de création est vraiment très simple. Je ne sais pas si c’est moi qui n’est pas fait attention ou pas, mais il aurait été cool de permettre lors de la mise en page, d’intégrer de grosse partie de texte, ça permettrait de certes mettre les articles du blog en publication mais pourquoi pas de créer un ebook autour d’un ou plusieurs articles. Après j’y ai pensé un peu plus tard donc peut être que l’option est là et que je ne l’ai pas vu. Le résultat final est trop beau, les photos (lorsqu’elles sont de bonnes qualité à la base) sont impeccables. La texture papier est toute douce au toucher <3.

Encore merci à BlookUp et Overblog pour cette occasion.
Un grand merci à Chatounappy pour cette interview ! Bon courage pour la suite, tous nos vœux de réussite pour ses futurs projets de blog !

Partager sa bibliothèque sur #Shelfie

On le sait, le digital, les blogs et réseaux sociaux ont donné ou entretenu le goût de l’écriture et de la création, et donné au monde du livre une seconde jeunesse en mettant l’auto-édition à portée de toutes et tous.

Les livres et l’écriture font partie du quotidien de nombre d’entre nous, et internet leur rend hommage !earthscorners-livres-alignes

Quoi ? Pourquoi ? Et dans quelle étagère ?

Sur Instagram, on retrouve sous le hashtag #shelfie une ribambelle de photos inspirantes mettant en scène étagères et bibliothèques. Le mot « shelfie » lui-même donne le ton puisqu’il combine le mot « shelf » (étagère en anglais) et le mot « selfie » (les fameux autoportraits photographiés du XXIe siècle, pour ceux qui dormaient au fond).

Beaucoup de photos de décos d’intérieur presque tout droit sorties d’un magazine IKEA se bousculent ; Mais, et c’est ce qui nous intéresse ici, on y trouve aussi des livres !

culturetripbooks-bibliotheque

#Shelfie, c’est en effet l’occasion de faire de sa bibliothèque personnelle une star le temps d’un hashtag, et de faire partager ses goûts en matière de lecture ou ses manies de rangement à ses amis et followers… Ainsi que de découvrir ce qui compose les goûts des autres et comment chacun organise et entoure ses lectures !

bluestockingbookhelf-instagram-livres-dores

bluestockingbookhelf-instagram-livres-couleurs

Pas question toutefois de se vanter de posséder des lectures élitistes ou des rangées de livres sans fin (même si on reconnaît toujours qu’une bibliothèque fournie est jolie à prendre en photo 😉 ), mais simplement de faire (et se faire) plaisir visuellement et de démarrer échanges et débats autour de ses livres favoris !

Après tout, le contenu d’une bibliothèque est souvent révélateur de la personnalité de son (ou ses) propriétaires : C’est d’ailleurs avec  ce postulat de départ que le journal The Guardian avait lancé le concept du Shelfie en Décembre 2013. Le principe-même d’échange littéraire via hashtag a commencé en 2011 avec le #VendrediLecture de Twitter, crée par une association de passionné·es et toujours alimenté chaque vendredi !

shelfjoy-femme-lisant

Plus de 820 000 publications sont aujourd’hui classées sous le hashtag #shelfie et il en arrive toujours plus ! Il est donc toujours temps de participer, et si vous êtes plutôt du genre à twitter frénétiquement, #VendrediLecture est fait pour vous !

_________________________________

Article source | Images:  @earthscorners, @culturetripbooks, @bluestockingbookshelf et @shelfjoy

Le Portage de Livres, la lecture à domicile

La Médiathèque François Mitterand de Poitiers a trouvé la solution pour faire parvenir compagnie et divertissement aux personnes âgées, handicapées ou isolées : Le portage de livres !

Elle donne ainsi aux habitant·es de la ville en demande de lecture la possibilité d’être livré·es gratuitement de leur livres, issus des collections de la médiathèque, de l’artothèque et de la ludothèque.

portage-livre-femmes
Dominique Delbor reçevant ses nouveaux livres des mains de Carine Chollet et Isabelle Brillanceau, travaillant à la médiathèque

____________________________

La livraison est en effet « comprise » dans le prix de leur abonnement à la médiathèque (6€ par an, 16€ en plein tarif), proposant ainsi un service inestimable sans aucun surcoût. Les personnes livrées reçoivent la visite du personnel de la Médiathèque et peuvent échanger quelques mots en même temps que leurs livres, qu’elles rendent (bien sûr 😉 ) tout en empruntant de nouveau.

Tous les 24 jours, c’est un nouvel arrivage de livres audios qui atterrit sur les tables des bénéficiaires et leur permet, grâce à la quantité et diversité de contenus disponibles, d’y trouver leur bonheur pour plusieurs années !

portage-mains-echange____________________________

La médiathèque propose en effet près de 2 300 textes lus et a également signé un partenariat avec l’association Valentin Haüy (Paris) qui permet aux personnes non et malvoyantes inscrites d’avoir accès à un fonds supplémentaire de 200 textes lus, gravés sous format « Daisy ». Les abonné·es peuvent aussi accéder gratuitement à 20 000 titres depuis la bibliothèque de téléchargement Éole.

____________________________

Article source | crédits photos : Bm-poitiers.fr et Marie-Laure Aveline