Interview : Grisélidis, blogueuse chez Yes we blog

L’équipe de BlookUp a posé quelques questions à Grisélidis, créatrice de Yes We Blog. Dédié au blogging, son blog regorge d’astuces mais traite aussi de l’actualité de la blogosphère.


Comment avez-vous eu l’idée de créer Yes We Blog ?

gg-yesweblogJ’ai décidé de créer Yes We Blog il y a maintenant un peu plus d’un an, car j’avais vraiment envie de partager sur ma passion pour le blogging et par extension, sur tout ce qui touche à cet univers : des petites astuces techniques, des réflexions, des tutoriels pour vulgariser certains aspects anxiogènes de l’administration d’un blog… En bref, j’avais envie de rendre encore plus ludique le blogging et aussi plus accessible. Si je l’ai créé, c’est aussi parce que je trouvais certaines infos sur le web, mais communiquées quelques fois de manière un peu trop académique ou très ciblée. D’autres infos sur lesquelles je publie sont en revanche des choses apprises sur le terrain, en testant et en faisant évoluer Yes We Blog 🙂

Comment trouvez-vous l’inspiration pour vos articles? Emanent-ils de demandes de lecteurs ou le choix des sujets est-il de votre propre chef ?

En général je publie en fonction des envies du moment. Si par exemple j’ai une inclinaison particulière pour une thématique à un moment précis, alors je l’aborderai. Il m’est aussi arrivé de publier deux ou trois fois de façon très ciblée sur certains points techniques, pour justement répondre à des questions postées en commentaires et qui auraient été trop survolées si j’avais répondu en seulement quelques lignes : le format du commentaire ne me paraissait pas adapté pour répondre de façon exhaustive. L’inspiration vient aussi beaucoup de l’expérience vécue au quotidien, en tant qu’internaute, en tant que blogueuse. Je note les points de blocage que je rencontre par exemple pour les aborder par la suite.

En général, où trouvez-vous les infos nécessaires à vos articles ?

La plupart du temps, je trouve les informations sur lesquelles je publie, en testant et en expérimentant moi-même les thématiques concernées : retouche Photo, test d’une extension du CMS WordPress… Je lis également beaucoup d’articles et tutoriels sur des blogs étrangers. Parfois, l’approche du blogging est différente sur des blogs étrangers, chose que j’apprécie et qui permet d’avoir un recul autre que celui que j’aurais eu d’emblée.

Combien de temps vous prend la rédaction complète d’un article ?

Cela dépend surtout du format de l’article ou billet. La rédaction d’un article classique, de type humeur ou réflexion, me prendre en moyenne une heure ou deux. En revanche, pour un tutoriel textuel, je mets de 2 à 5h, parfois plus, parfois un peu moins. Le temps de faire des captures d’écran pour imager les étapes, le temps de choisir les mots adaptés… Je ne me mets vraiment pas la pression quant au temps que ça prendra. J’y vais au feeling. Je rédige certains billets en plusieurs fois, pour relire à froid, retoucher et parfois aussi, retirer des parties négligeables…

newlogoonywb1

Vous avez plusieurs blogs. Comment faîtes-vous pour garder le rythme ?

J’ai tenté de bloguer avec une organisation presque militaire au début. J’ai également tenté de tenir un calendrier éditorial pour bien jongler entre les blogs. Mais force est de constater que par esprit de contradiction et aussi parce qu’on ne décide pas toujours de son propre calendrier (impondérables professionnels, fatigue, quotidien, obligations personnelles…), j’ai décidé d’y aller au feeling et de bloguer quand je le pouvais. Je ne me mets aucune pression quant au rythme de publication et bizarrement, ça fonctionne beaucoup mieux. Je n’ai pas ou plus l’impression de ne pas tenir un quelconque rythme.

Avez-vous des conseils à donner pour les personnes qui souhaitent se lancer dans la grande aventure du blogging ?

Je conseille vivement l’Epicerie du Blog qui aborde des sujets très importants sur le webdesign, sur les différentes plateformes de blog et qui communique des bonnes pratiques. J’ai aussi beaucoup lu Cyberentraide à l’époque où j’ai voulu lancé Yes We Blog et je le lis encore souvent. Ensuite et en fonction de la plateforme choisie par un futur blogueur, ce qui est une étape obligée, je conseillerai par exemple WPFormation pour WordPress. C’est d’ailleurs le CMS via lequel je blogue et que j’ai tendance à conseiller.

Enfin, que pensez-vous de la philosophie de BlookUp et à la « rematérialisation » de nos vies numériques ? 🙂

Je baigne dans le web depuis 15 ans et ce au quotidien. Je déplore parfois le manque de concret de tout ce digital qui nous entoure. Alors à cet effet, la philosophie de BlookUp qui est de rematérialiser nos vies numériques, me parle et me plaît beaucoup. On passe des heures à rédiger pour nos blogs, à prendre des photos et à les retoucher. Mais finalement, même si tout ça est concret dans l’univers digital, cela reste non palpable. Ce n’est pas comme un bon bouquin qu’on prendrait plaisir à feuilleter au soleil dans un parc. Avoir son blog au format papier et encore mieux, au format livre, c’est ajouter encore une autre dimension à ce petit coin du web qu’on affectionne et qu’on entretient. Je pense aussi que cela représente une très jolie et sympathique façon de partager ce que l’on fait avec des proches qui ne sont pas familiers du web et de l’informatique. L’air de rien, beaucoup de personnes restent encore frileuses ou peu intéressées par internet. Bref, j’aime beaucoup cette idée ! 🙂


Un grand merci à Grisélidis pour avoir répondu à nos questions.

Comment et pourquoi utiliser Tumblr ?

A mi-chemin entre la plateforme de blogs et le réseau social, Tumblr est de plus en plus plébiscité en France et notamment par les jeunes. Petit tour d’horizon de cet hybride en plein essor et de ces principales fonctionnalités.

Tumblr : c’est quoi ?

David Karp
David Karp

Créé en 2007 par David Karp, à New-York, Tumblr (prononcé “tumbleur”) est une plateforme de microblogging . Ce qui différencie Tumblr de toutes les autres plateformes de blogs (WordPress, Blogger, Overblog…), c’est sa simplicité et sa rapidité d’utilisation.En effet, l’inscription sur Tumblr est d’une facilité désarmante : une adresse e-mail, un nom d’utilisateur, un mot de passe et c’est parti! Une singularité qu’on retrouve très bien dans son slogan : “Postez n’importe quoi (de n’importe où), personnalisez tout, et trouvez et suivez ce que vous aimez. Créez votre propre blog Tumblr aujourd’hui”.

A savoir, Tumblr n’exerce aucun contrôle sur les publications de ses utilisateurs. Une liberté qui séduit : au 1er mai 2015, Tumblr hébergeait plus de 234 millions de blogs !

Tumblr : c’est pour qui ?

Non, Tumblr ce n’est pas juste des millions de gifs de lolcats ! 🙂

En effet, la liberté de ton et la facilité d’utilisation de Tumblr a, au départ, beaucoup intéressé certaines minorités qui ne trouvaient pas leur place sur les autres réseaux sociaux et plateformes de blogs. C’est notamment le cas de la communauté LGBT qui a à plusieurs reprises utilisé Tumblr comme support de revendications et d’expression.

Tumblr est également très prisé du milieu artistique car son interface fait la part belle à l’image. De plus, étant fortement personnalisable, un Tumblr est souvent l’occasion de créer un book à moindre frais. Tumblr permet donc à des artistes méconnus, voire outsiders, de faire connaître leur art et toucher le plus grand nombre, qu’ils soient photographes, graphistes, dessinateurs, écrivains…

Quelles sont les principales fonctionnalités de Tumblr ?

Il est très facile de publier sur Tumblr toutes sortes de contenu. En effet, pour cela, la plateforme permet de choisir entre différents formats de billets selon leur type : texte, photo, citation, liens, discussion, audio et vidéo. La mise en page est alors optimisée pour que chaque type de contenu.

On compare souvent Tumblr à Twitter et cela pour plusieurs raisons :

  • Le fil d’actualité : On trouve sur la page d’accueil Tumblr un fil d’actualité updaté par ordre chronologique avec les publications des abonnements.
  • Le système de partage : Il est très simple de “rebloguer” sur son blog un contenu provenant d’un autre blog (comme pour les retweets).
  • Les abonnements : Un simple clic suffit pour s’abonner à un Tumblr pour ensuite voir ses publications apparaître dans son fil d’actualité.
  • Les coups de coeur : Un coup de coeur sur Tumblr s’apparente à un favori sur Twitter. Avec un coup de coeur, on montre son “approbation” et on conserve le post dans son dashboard !
  • Une plateforme résolument mobile : Tumblr voit depuis plusieurs mois l’augmentation de son trafic mobile, notamment via son application qui a été entièrement repensée au niveau ergonomique.

apps_mobile_ios_android_winphone

Pourquoi utiliser Tumblr ?

Opter pour Tumblr, c’est choisir une plateforme de blogging simple et efficace : idéal quand on souhaite avoir un blog sans trop se compliquer la vie. De plus, comme dit plus haut, un Tumblr peut servir de véritable book de création.

On trouve également sur Tumblr une impressionnante quantité de blogs qui servent à leurs auteurs de moodboards, de plateforme d’inspiration. Cet usage rapproche Tumblr de Pinterest, à la différence qu’il y a pas d’obligation à classer ses trouvailles par tableaux thématiques.

Mood board Tumblr
Source photo

Enfin, Tumblr peut servir à “prendre le pouls” de la sphère internet. En effet, Tumblr permet de faire une veille sur les dernières tendances (art, mode, musique, formes artistiques…).

Vous souhaitez faire imprimer votre blog Tumblr ? BlookUp vous permet d’obtenir une version papier de votre Tumblr en quelques clics !

Choses promises, choses dues : nouvelles plateformes et composition pour transformer son blog en livre

Créer le livre de son blog est encore plus simple et accessible au plus grand nombre avec Blookup

Nouvelles plateformes de blogs

Canalblog et tumblr, Blogspirit et Haut et fort, viennent s’ajouter à WordPress, Blogger/blogspot. Et ça c’est une bonne nouvelle pour ceux qui bloguent depuis longtemps sur leur plateforme et qui souhaitent garder une trace de leur blog.

tumblr_logo logo_blogspirit logo-canalblog

Place à la créativité

De nouveaux modèles de couvertures sont arrivés récemment parce que les gouts et les couleurs : ça ne se discute pas.

Du bleu, du vert, du noir, et même des 100% perso : vous faites votre visuel entièrement personnalisé et vous téléchargez l’image.

Même la typo des livres a évolué, des titres plus sobres dans l’air du temps.

Capture d’écran 2013-04-11 à 11.48.37 Capture d’écran 2013-04-11 à 11.48.51 Capture d’écran 2013-04-11 à 11.49.05 Capture d’écran 2013-04-11 à 11.49.21

Tomes de livres, tranches de blogs, revues de blog

Date de début et de fin de publication permettent de faire des tomes. Des tomes par année, des revues trimestrielles : en fonction de votre productivité littéraire c’est vous qui choisissez.

Astuce du mois ?

Imprimez le Best of de l’année de votre blog : créer des tags ou catégories Blooks dans votre blog pour sélectionner vos meilleurs articles à importer !

Alors, on se lance ? >>

LES VACANCES DU DEVOIR

Trois mois. Avant. Les « grandes » vacances duraient presque trois mois, avant. Est-ce à cause de cette longue trêve ? Pour qu’on n’efface pas de nos mémoires le rythme de l’année scolaire ? Mais cette parenthèse attendue emmenait presque toujours avec elle, soigneusement rangé entre les draps de bains, les maillots et la crème solaire, un compagnon dont nous espérions, chaque fois, qu’il aurait été oublié à la maison.
Le cahier de devoirs de vacances.

Toujours d’actualité, il n’est pas réservé aux cancres. Non. Même les meilleurs y ont droit. Les premiers pour tenter de combler les lacunes qui ont longtemps été une menace de redoublement. Les autres, pour conserver le niveau d’excellence qui en fait, généralement, les cibles favorites des premiers.
Comme si on pouvait tout apprendre ou tout oublier en trois mois.
Parfois les jours de pluie, sinon le matin avant toute autre occupation, on le sait, les devoirs de vacances servent de passe-temps à nos chères têtes blondes.
Trop longs pour certains. Trop courts pour quelques uns (plus rares).
Et après, la délivrance. Les vraies vacances de la journée commencent.
Finalement, c’est comme la sonnerie du début de récré.
Le plaisir la suit. De près.

Au fil des années, les éditeurs s’emploient à les rendre plus attractifs, plus « sympas », plus ludiques. Mais comment réellement s’amuser avec ce qui est une obligation quotidienne tout au long de l’année ? Même avec de la couleur, des exercices en bandes dessinées, un devoir reste un devoir…
Et qui dit devoir, dit droit… Droit à l’information, droit de penser, de dire, de faire ce qui nous chante, droit à la liberté d’expression…
Une liberté d’expression qui a littéralement explosé, depuis le début du millénaire, avec les nouveaux moyens de communication, Internet en tête. Et que j’te maile, et que je te facebooke, et que je te twitte, et que je te blogue à tour de clavier…
Le pire et le meilleur s’y côtoient pour le plus grand plaisir des millions de novo-lecteurs qui ne voudraient surtout être en reste ! Puisqu’on leur donne à lire en quantité illimitée, gratuitement pour la plupart du temps, pourquoi ne pas en profiter ?
Dès le matin, se jeter sur son écran est devenu le geste prioritaire, primordial, indispensable.
Une obligation. Plus. Un devoir.
Qui précède, là aussi, le plaisir.
De savoir, d’être au courant, de connaître, de découvrir.

En sommes-nous seulement conscients, nous, blogueurs(ses) de l’ombre, du clair-obscur ou, plus rarement, de la lumière ?
Avons-nous capté, qu’à chaque touche de clavier stimulée par nos doigts répond, quelque part dans le monde, un regard impatient, intéressé, avide, curieux de notre prose ? Que nous induisons une dépendance, aussi infime soit-elle, avec nos lecteurs…
Dépendance ou inter-dépendance ? Finalement, sans cette attente, formulée ou non, qui nous dit, nous murmure, « encore, encore », aurions-nous l’envie, l’énergie, la motivation de nous y coller tous les jours ? Certains répondront oui, avançant que l’intérêt de ce dont ils traitent est largement suffisant à entretenir leur flamme d’écrivains génération 2.0… Mais derrière ces remparts d’une rationalité bien rassurante, le temps de l’éphémère n’est jamais bien loin…
Quelques secondes. Aujourd’hui. Quelques secondes suffisent.
Pour savoir si on a « rencontré son public ».
Établi le lien, créé le contact, installé l’addiction.

Quand je vois, depuis quelques semaines, certains blogs arborer un message du type « en vacances pendant 3 semaines, à très bientôt », j’en suis un peu interloqué…
Que va faire le lecteur (la lectrice, sorry, « la parité » !) privé brutalement de son texte journalier, de sa bonne tranche de blog dégusté avec le café du matin ?
Plus de twitt twitt twitt pour ouvrir les yeux se sachant destinataire d’un scoop unique !!!
Aujourd’hui, ce rituel est souvent le point de départ de notre, votre, leur quotidien, comme les devoirs de vacances rythmaient autrefois le démarrage de notre (votre, leur) journée de vacances.

Soumettre nos lecteurs à l’abstinence, c’est le risque, pour chaque blogueur(se) de se voir, avant même le retour de vacances, abandonné sur le bord de l’autoroute (de la communication) tel un animal familier remplacé par un autre…
N’oublions pas qu’aujourd’hui, les moyens dont chacun dispose lui permettent d’être connecté en permanence, sur la plage, à l’apéro, dans les calanques ou sur un bateau !!!
Et que « faute de geek on peut très bien accepter de manger des merdes » (dicton de l’été)…

La capacité d’écrire est un plaisir. Plus. Écrire est un pouvoir.
Être lu, plaire, se sentir attendu, désiré, c’est comme être sur le toit du monde… ou de l’abri de jardin du monde, soyons modeste…
Soyons reconnaissants de l’intérêt que nous portent nos lecteurs.
Et, malgré nos vacances, assumons ce peu de pouvoir que nous donne notre petit talent.
Continuons nos devoirs.
Pour leur plaisir.
C’est notre devoir.

Car, ainsi que le disait l’oncle d’un super héros (ce sont les vacances pour moi aussi, un peu, hein ?!) :
« De grands pouvoirs donnent de grandes responsabilités »…

Léo Myself

P.S : Comme ce sont les vacances -on l’aura compris, je crois- c’est la saison des jeux : qui peut me dire de quel super héros s’agit-il ?